Les premiers au monde à avoir misé sur l'agriculture biologique

Dans les années 1980, l’Europe a été la première au monde à réglementer les standards en matière de production bio, suivie par les États-Unis, l’Amérique latine et l’Asie. À partir du 1er juillet 2012, l’Union européenne a introduit l’apposition obligatoire du marquage UE sur tous les produits biologiques. Celui-ci certifie clairement l’« origine biologique » du produit, ce qui permet une identification plus immédiate par le consommateur.

Le Bio choisit la nature

L’apposition du logo européen est obligatoire pour tous les aliments biologiques préemballés produits en Europe, alors qu’elle reste facultative pour les aliments en vrac et importés. Le marquage européen est un gage de sécurité pour le consommateur et répond à l’attention croissante accordée aux certifications et à la traçabilité.

L’agriculture biologique européenne est un mode de production agricole fondé sur des principes et des pratiques de production qui, dans leur ensemble, minimisent l’impact de l’homme sur l’environnement, ce qui garantit une production qui soit le plus naturelle possible et exempte de tout agent chimique externe. Cela se traduit par

Une large rotation des cultures comme condition préalable à une exploitation efficace de la fertilité des sols.
Des limites très strictes concernant l'utilisation de pesticides chimiques synthétiques, d'engrais synthétiques, d'additifs alimentaires et d'auxiliaires technologiques.
Défense absolue d'utilisation d'organismes génétiquement modifiés.
Utilisation d'engrais naturels d'origine animale pour la fertilisation.
Recours à des techniques de lutte biologique de pointe pour protéger les plantes contre les insectes pathogènes et les maladies fongiques.
Utilisation de variétés végétales plus résistantes aux maladies et, de ce fait, moins sensibles aux traitements phytosanitaires.
Attention à la biodiversité végétale et à la culture d'espèces parfaitement adaptées au territoire de cultivation
Précédent
Suivant

Manger sainement en respectant la planète

Les méthodes de production biologique s’efforcent de respecter le plus possible l’environnement à travers des lois et des réglementations strictes visant à promouvoir les objectifs suivants :

Utilisation responsable de l'énergie et des ressources naturelles.
Préservation de la biodiversité et des équilibres écologiques locaux.
Valorisation de la fertilité des sols.
Maintien de la qualité de l'eau.
Précédent
Suivant

Les transformateurs biologiques et, par extension, les marketeurs et les distributeurs de produits alimentaires poursuivent les mêmes objectifs que les agriculteurs biologiques, à savoir fournir des aliments frais, authentiques et élaborés dans le respect de la nature et de ses écosystèmes.

La réglementation européenne

Le bio européen est régi par le règlement CE n° 834/2007 du Conseil, qui établit les principes, les objectifs et les règles générales de la production biologique européenne et définit les règles d’étiquetage des produits biologiques. Le Règlement de la Commission Européenne (EC) n° 889 du 5 septembre 2008 définit les modalités d’application du règlement susmentionné en introduisant des normes spécifiques sur les systèmes de production, d’étiquetage et de contrôle. Le 19 avril 2018, le Parlement Européen a approuvé la nouvelle proposition de Règlement de la Commission Européenne pour l’agriculture biologique. Celui-ci abrogera les normes actuelles à partir de 2021.

Pour être certain de l’origine bio des fruits et légumes, qu’ils soient frais, transformés ou conditionnés, il faut lire l’étiquette. Celle-ci inclut toutes les informations devant obligatoirement figurer. Le marquage bio garantit aux consommateurs le respect des normes de production biologique, certifiée dans le cadre de la réglementation européenne CE 834/2007.